LE PCN A 40 ANS ! (6) – EODE – Eurasian Observatory for Democracy & Elections (2024)

Edité par Luc MICHEL et le PCN
PCN-INFOS/ 31e Année
(fondé en 1993 par le PCN-Paris)
2024-II-06

L’histoire du PCN-НОП (2024)
Par Luc Michel et Karel Huybrects

PARTIE 5

AUX ORIGINES DU NEOEURASISME (2):
L’ECOLE EURO-SOVIETIQUE DE GEOPOLITIQUE A-T-ELLE INSPIRE LES THESES D’ANDROPOV ET DE LA ‘FRACTION NATIONALE-PATRIOTE’ DU PCUS ?

Un grand quotidien belge néerlandophone découvre avec effroi que celui qui est pour lui « un idéologue méconnu » en Belgique est à la base du Néoeurasisme, idéologie quasi officielle de l’Etat russe. Et que même les slogans officiels de Poutine ou Lavrov, notamment sur « l’Europe de Vladivostok à Lisbonne », sont les nôtres, inventés entre 1962 et le début des Années ’80. Simplement si une conspiration du silence est organisée ici, à l’Ouest, sur notre pensée, nos thèses et notre influence (notamment en basant les études sur nous – ou plutôt contre nous – sur les manipulations des officines franco-belgo-ukrainiennes de l’OTAN et en occultant les études sérieuses universitaires sur nos réseaux), nous existons et nous comptons à Moscou ou à Téhéran. Sans oublier dans plusieurs capitales africaines, puisque j’ai, moi, après 1992, imposé nos idées en Afrique. Je suis moi le « belge préféré » de quelques présidents africains avec un parcours en Afrique commencé il y 40 ans en Jamah

iriya libyenne. Mais cet article sur « le Belge préféré de Poutine » est révélateur de la place que nous occupons aujourd’hui.

CE QU NE DIT PAS (ET SANS DOUTE NE SAIT PAS) ‘DE STANDAARD’:
20 ANS AVANT POUTINE, THIRIART A AUSSI ETE « LE BELGE PREFERE D’ANDROPOV » …

Si le « Néoeurasisme » actuel (réinventé par notre Ecole géopolitique en 1983) est la matrice et la genèse de l’Eurasisme moderne, l’influence de « l’Ecole euro-soviétique de géopolitique » ne s’est pas limitée à cela. Elle a inspiré à la fois la réforme avortée du dirigeant soviétique Andropov et ensuite la résistance soviétique aux liquidateurs Gorbatchev et Eltsine, celle de la « Fraction nationale-patriotique » du PCUS. Cette affirmation n’est pas la mienne, mais celle d’un Soviétologue de premier plan, le Dr Alexander YANOV, dans son analyse « The Puzzles Of Patriotic Communism, Gennadi Zyuganov, The Russian Milosevic? » (1996) !
« Jean Thiriart, s’adressait à Andropov au début des années 80 dans son traité L’Empire euro-soviétique de Dublin à Vladivostok, destiné à devenir le manuel géopolitique des « patriotes » russes modernes »
(Dr Alexander Yanov, « The Puzzles Of Patriotic Communism »,
Boston University, 1996)

Nous avons vu que le « Néoeurasisme » la genèse de l’Eurasisme moderne. Mais l’influence de l’Ecole euro-soviétique de géopolitique ne s’est pas limitée à cela. Elle a inspiré à la fois la réforme avortée du dirigeant soviétique Andropov et ensuite dans la résistance soviétique aux liquidateurs Gorbatchev et Eltsine, celle de la « Fraction nationale-patriotique » du PCUS. Cette affirmation n’est pas la nôtre, mais celle d’un Soviétologue de premier plan, le Dr Alexander YANOV, dans son analyse « The Puzzles Of Patriotic Communism, Gennadi Zyuganov, The Russian Milosevic? » (1996) !

Déjà, dans les Années 1928-30, les thèses eurasistes initiales, développées dans les milieux de l’émigration en France et en Allemagne, avaient influencé le PCbR (devenu le PCUS). A un moment où Staline imposait sa ligne « nationale-bolchévique » …

# I –
QUELLES SONT LES ANALYSES DU SOVIETOLOGUE ALEXANDER YANOV ?

Parlons des analyses du Dr Alexander YANOV qui faisait en 1996 de THIRIART « l’inspirateur des thèses d’ANDROPOV » et de la « Fraction nationale-patriote » du PCUS. Une analyse qui rejoint nos thèses et fait de l’Ecole euro-soviétique de géopolitique et de THIRIART le « père idéologique occulté du renouveau russe » …

QUI EST LE DR ALEXANDRE YANOV ?

Cette analyse, extrêmement bien documentée, a été publiée en 1996 sous le titre « The Puzzles Of Patriotic Communism, Gennadi Zyuganov, The Russian Milosevic? » (Boston University, USA) par le Dr Alexander YANOV, un analyste lié aux Instituts de recherche américains, et alors très connu à Moscou.

Le Dr Alexander YANOV est un analyste politique et un soviétologue amplement publié en Union soviétique dans les années 50 et 60, il a avec succès défendu sa thèse sur « Les Slavophiles et Constantin Leontyev » en 1970. En 1974, après que son « Histoire de l’Opposition politique en Russie » fut envoyée en Occident, « attirant l’intérêt intense du KGB, on lui a offert le choix entre l’émigration ou la prison ». Il a écrit de nombreux livres et articles, principalement : « La détente après Brejnev : les racines intérieures de la politique étrangère soviétique » (1977) ; « Le drame des années 60 soviétiques : Une réforme perdue » (1984) et « Le défi russe et l’année 2000 » (1987).

L’Université de Boston disait de son œuvre en 1996 que « ces ouvrages constituent non seulement le traitement qui fait le plus autorité sur le fil « patriotique » dans la politique contemporaine russe mais une unique approche à l’étude de l’histoire russe »

QUELLE EST LA THESE DU DR YANOV ?
LES DEUX PERESTROIKA …

Celui-ci appuie indubitablement ma thèse sur d’une part l’influence primordiale de THIRIART comme inspirateur des thèses néoeurasistes et d’autre part sur leur diffusion par le canal de ZIOUGANOV et pas de DOUGUINE (dont le rôle a été surestimé par Marlène LARUELLE, prise d’empathie, comme jadis TAGUIEFF pour Alain de Benoist).

L’auteur y étudie la montée de la « fraction nationale-patriote » – opposée à la fraction libérale partisane de la détente – au sein du PCUS depuis 1970, son échec avec la mort d’Andropov, sa résurrection avec le KPRF et ZIOUGANOV. D’où le titre, YANOV écrit en 1996, à un moment où le KPRF est aux portes du pouvoir en Russie et en passe de faire ce que LUKASHENKO a réussi au Belarus. Il faudra l’alliance des oligarques russes, de l’appareil d’Etat américain et des « spin doctors » venus des USA pour maintenir le régime d’Eltsine au pouvoir …

Il y oppose deux Perestroïka :

– l’une, nationaliste (qui a échoué en Russie à cause de la mort prématurée d’ANDROPOV, mais qui plus tard a réussi en Yougoslavie avec MILOSEVIC, d’où le titre de l’analyse)
– à l’autre, libérale, engagée par GORBATCHEV.

En pages 14 et 15, Jean THIRIART, malgré quelques graves erreurs d’appréciation de l’auteur, y est présenté comme l’inspirateur au début des Années 80 d’Andropov et de cette Fraction nationale-patriote du PCUS. Ce qui confirme aussi par ailleurs mes analyses sur la diffusion de nos thèses dans l’intelligentsia soviétique du PCUS dans les années 80.

Que dit le YANOV de la Fraction nationale-patriote du PCUS et de l’influence de THIRIART sur celle-ci dès 1980 dans « Les puzzles du communisme patriotique : Gennadi Ziouganov, le Milosevic russe ? » :
« Leur logique était simple et irrésistible : un empire militaire ne peut pas survivre sans un ennemi et une confrontation permanente. Il n’était simplement pas désigné pour la paix. La détente somnolente brejnévienne le tuait. Non seulement, les « patriotes » avaient la bonne réponse au malaise impérial : c’était la seule bonne réponse (…) Jean Thiriart, s’adressait à Andropov au début des années 80 dans son traité L’Empire euro-soviétique de Dublin à Vladivostok, destiné à devenir le manuel géopolitique des « patriotes » russes modernes. Voici les thèses centrales de Thiriart : (…) « Les maîtres du Kremlin font face à un choix historique. La géopolitique et la géostratégie forceront l’URSS soit à créer une Europe soviétique soit à cesser d’exister comme grande puissance. » (…) La perestroïka nationaliste, victorieuse quelques années plus tard en Serbie, a été vaincue en Russie parce qu’en février 1984 les « patriotes » russes ont perdu leur Milosevic. Dévastés par cette perte, mis dans l’incapacité et démoralisés, ils se sont retirés aux marges de la politique soviétique, dégageant la voie pour une perestroïka libérale ». Et l’auteur ajoute, soulignant le caractère déterminant des thèses de THIRIART, que « Les seules nouvelles idées capables d’inspirer les Russes sans détruire l’empire furent celles du nationalisme impérial (exactement les mêmes que celles qui furent utilisées à la fin des années 80 par Slobodan Milosevic) ».

Les thèses géopolitiques de la fraction nationale-patriote sont aujourd’hui celles de POUTINE.

QUE VOULAIT LE DIRIGEANT SOVIETIQUE ANDROPOV ?

La journaliste française Laure MANDEVILLE, experte en Russophobie, précise qu’ « Andropov détestait l’Occident et ses valeurs » et voit en lui l’ « inspirateur » de POUTINE, qui a choisi « une vision plus eurasienne de l’avenir russe », « au nom d’une idéologie patriotique aux relents weimariens ». Lire « nationale-bolchevique », suivant les analyses du politologue Walter LAQUEUR sur Weimar et la Russie des débuts de l’Ere Eltsine, reprises aujourd’hui par Marlène LARUELLE.

Aucune mention n’est faite de DOUGUINE dans cet article, que Alexander YANOV connaît sans aucun doute, puisqu’il cite par ailleurs les thèses de THIRIART publiées en russe dans le n°1 d’ELEMENTY (ЭЛЕМЕНТЫ, 1992).

# II –
D’ANDROPOV A MILOSEVIC …

Il faut encore préciser la place de MILOSEVIC dans cette analyse …

ESQUISSE DU « NATIONAL-COMMUNISME »

Une précision de départ tout d’abord. Les politologues sérieux, pas les flics de la pensée politique des Universités franco-belges, classent dans une même catégorie, qu’ils nomment le « National-communisme », des mouvements politiques comme le KPRF russe, le régime de LUKASHENKO au Belarus ou encore le SPS de MILOSEVIC ou la JUL, la « Gauche Unie Yougoslave » de Mirjana MARKOVIC.

ET bien entendu notre PCN, qui idéologiquement et politiquement, les a tous précédé de presque une décennie (dès le début des Années ’80). Lorsque nous étions représentés au Parlement Wallon, en Belgique, dans les Années 1996-98, la questure nous avait étiquetés « national-communistes ».

QUE VOULAIT ET QUE REPRESENTAIT MILOSEVIC ?

MILOSEVIC est le produit d’un processus collectif et d’une stratégie politique. Dans son livre MILOSEVIC, UNE EPITAPHE, l’éditeur serbe Vidosav STEVANOVIC, un adversaire radical du président yougoslave, analyse cet aspect méconnu de l’histoire :
« L'ascension de Milosevic a quelque chose de fabriqué et de prémédité. Il ne s'est pas imposé tout seul. Quelqu'un l'a choisi et proposé aux cercles les plus fermés du Parti, de l'armée et de la police. Ce quelqu'un, c'est son frère aîné Borislav, policier professionnel, diplomate à l'occasion. Il a passé un an à Moscou dans le cadre d'une formation secrète; or, là-bas, tout ce qui est secret est lié au KGB. Ceux qui ont reçu la même formation ou qui partagent les mêmes idées sont nombreux en Yougoslavie: ce sont des adeptes cachés d'un stalinisme imprégné de slavophilie et d'orthodoxie. Les académiciens n'ont pas été seuls à rédiger le Mémorandum: d'autres conjurateurs l'ont préparé ».

Il y a une interaction entre les nationaux-patriotes russes et ceux de Yougoslavie. Une même volonté de renouvellement idéologique. Une même angoisse de préserver à la fois l’Etat et le système socialistes, étroitement liés. Et un même front politique et idéologique contre les libéraux pro-occidentaux.

La mort d’ANDROPOV, le « Milosevic russe » selon le Dr YANOV, a fait que les Russes ont échoué là où les Yougoslaves ont réussi. Les « Gorbatchev » yougoslaves ayant perdu la bataille vers 1987-88. Evoquent le coup d’état de 1991 à Moscou, Vidosav STEVANOVIC précise ce qui suit : « Les premiers jours, les hommes de Milosevic fêtent publiquement la "victoire des forces saines"; dans les bureaux du gouvernement, les bouchons sautent. Puis, c'est la déception. Le putsch en Union soviétique est un échec. Mais les alliés d'aujourd'hui et de demain, communistes et nationalistes, sont bien vivants. Le frère aîné maintient un contact permanent avec eux » (…) Milosevic garde un œil sur l'Union Soviétique. Les communistes et les nationalistes vont-ils s'y allier à temps et sauver l'empire qui vacille? Si cela n'a pas lieu, il leur donnera l'exemple en créant, sur les bases renouvelées du national-communisme, une petite royauté expérimentale dont il sera le cœur. »

LA IIIe YOUGOSLAVIE :
LABORATOIRE DU « NATIONAL-COMMUNISME »

Et ce sera la mise sur pied de la nouvelle Yougoslavie, la troisième, celle de Milosevic, que certains, comme Luc Michel, ont appelé « le laboratoire du national-communisme ».

STEPANOVIC évoque « les communistes, du moins ceux de Belgrade (…) restés fidèles a eux-mêmes (…) Ceux-ci, grâce a la contre-méthode de leur leader combinent toutes ces résistances et ces idéologies en une même composition chimique de forte puissance. Dans une sorte de néonationalisme, produit dans les laboratoires du régime et distribué gratuitement par les medias. » Ces précisions sont éclairantes et expliquent les thèses du Dr Alexander YANOV.

LES OPPOSITIONS ENTRE FRACTIONS LIBERALES PRO-OCCIDENTALES ET FRACTIONS SOCIALISTES LORS DE L’EFFONDREMENT DES REGIMES SOCIALISTES A L’EST A PARTIR DES ANNEES 80 ET LE « PROCESSUS DE TRANSITION »

Vaste sujet, que nous allons essayer de vous synthétiser …
Le « processus de transition » répond à un concept à la fois économique et politique. Qui est la notion centrale du passage des économies socialistes à l’économie libérale-capitaliste mondialisée. Ce processus d’ailleurs dépasse très largement l’économie pour concerner l’ensemble du passage de l’ancienne société à l’économie capitaliste et à l’état libéral. Un processus global donc à la fois économique, politique, social et culturel. La « mise au pas » – pour employer le vocabulaire du IIIe Reich – d’une nation au diapason du monde libéral américanisé !

Partout à l’Est, ce processus a été réalisé. Sauf au Belarus, où le président Lukashenko l’a à partir de 1996 arrêté et inversé, maintenant l’Etat socialiste dit « post-soviétique ». Ce qui explique la haine de l’Occident pour l’homme d’état de Minsk. Et sauf en Yougoslavie jusqu’en octobre 2000 et le renversem*nt de Milosevic par un coup d’état rampant pro-occidental.

On l’ignore souvent, mais la Yougoslavie, celle de Tito agonisante des Années 80, a été aussi le laboratoire de la liquidation du Socialisme à l’Est. Précisément avant que Milosevic et ses partisans y mettent un coup d’arrêt. Borislav Jovic, l’homme de Milosevic qui représentait alors la Serbie a la Présidence yougoslave, déclare : « Nous ne sommes pas la Roumanie : l’armée, la police et le peuple sont de notre côté ». « A Belgrade, grâce a la contre méthode de Milosevic, quelque chose d’autre a lieu en effet qu’on pourrait appeler la « contre-glasnost », précise Vidosav STEVANOVIC. Le mot « peuple » remplace le mot « classe » sur lequel reposait tout l’idéologie marxiste. Cela suffit pour arrêter la marche de l’Histoire. »

MILOSEVIC : COUP D’ARRET AU PLAN OCCIDENTAL !

L’analyse de Vidosav STEVANOVIC est importante pour expliquer et comprendre. A la fois parce qu’elle vient d’un partisan de l’Occident et d’un adversaire de Milosevic et parce qu’elle met, involontairement, l’accent sur ce qui s’est véritablement passé alors en Yougoslavie.

L’émergence de Milosevic, la naissance de la IIIe Yougoslavie et le coup d’arrêt donné à la marche du capitalisme et de l’OTAN, ce n’est pas une question relative au « nationalisme » ou aux nationalismes. C’est tout autre chose. Et le nationalisme n’a été qu’un instrument. Aux mains de l’Occident pour démembrer la Yougoslavie en soutenant les nationalismes centripètes mortifères. Mais aussi un instrument aux mains de Milosevic pour maintenir l’Etat et le système socialistes :
« A ce moment, la Yougoslavie, déstabilisée, ne se pose sérieusem*nt qu’une seule question : comment sortir du socialisme ? précise STEVANOVIC. Le socialisme yougoslave se distingue de celui de ses frères de l’Est : plus libéral (…) les frontières sont ouvertes, le tourisme se développe, une partie de l’économie relève du secteur privé, l’autogestion signifie – du moins si l’on en croit ses théoriciens – que les entreprises appartiennent aux employés. Les ligues de communistes autorisent une sorte de glasnost discrète, les intelligentsias rouspètent et s’agitent. Tito est suffisamment présent pour maintenir tant bien que mal le système des crédits et l’oisiveté. Le processus de libéralisation du plus grand et plus riche Etat balkanique se déroulera peut-être plus facilement et plus rapidement qu’ailleurs. Il suffirait d’agir de façon raisonnable ».

Mais la fraction socialiste de la Ligue des Communistes – le parti yougoslave – choisi Milosevic et celui-ci organise sa « contre-glasnost » : « Les événements se seraient déroulés ainsi si « l’homme fort de Belgrade » n’avait pas été là, précise STEVANOVIC. Milosevic, lui, soulève une tout autre question : comment préserver le maximum de « même » ? Comment sortir du socialisme en retournant au communisme ? » !

Vidosav STEVANOVIC explique aussi clairement le processus (pour le défendre) en œuvre au milieu des Années 80 en Yougoslavie : « Le pouvoir fédéral et son président libéral, Ante Markovic, tentent alors de réformer l’économie.
La réforme de Markovic reposait sur quatre postulats : a) la mise sur pied d’institutions commerciales ; b) l’ouverture du pays au monde ; c) l’instauration d’un Etat de droit s’accompagnant d’un élargissem*nt des droits de l’homme ; d) la démocratisation de la vie politique et l’introduction d’un système pluripartite… » « Il convient de préciser que ces postulats n’ont pas toujours été entièrement explicites ; dans le cas contraire, la résistance aurait vraisemblablement été plus forte, ajoute STEVANOVIC. La propriété publique- encore une des originalités de la Yougoslavie – devait être privatisée selon un processus appliqué plus tard avec succès en Pologne, en Hongrie et en Tchéquie. Les privatisations devaient se dérouler sur cinq ans. » Un processus que l’économiste Mladan DINKIC appelle « L’Economie de la destruction- Le grand pillage de la nation ».

Le processus de transition s’accompagne, comme partout ensuite, d’un volet politique : « Ce libéralisme économique s’accompagne d’une libéralisation politique. Le gouvernement fédéral ouvre ses portes au système pluripartite et autorise les républiques à l’instaurer selon leurs besoins et à leur manière. Il se montre cohérent avec lui-même, mais ouvre ainsi la boîte de Pandore de la folie balkanique. Les fantômes du passé – contenus un demi-siècle durant par une idéologie oppressive – refont surface, plus vigoureux et déments que jamais ». Dans le contexte balkanique, comme plus tard dans le Caucase, cela s’avérera criminel. Ce crime n’est pas celui de Milosevic. C’est celui de l’Occident, des USA, de l’OTAN, des politiciens de l’UE ! De ceux qui ont la boîte de Pandore yougoslave.

# ANNEXE :
« THE PUZZLES OF PATRIOTIC COMMUNISM, GENNADI ZYUGANOV, THE RUSSIAN MILOSEVIC? »

Analyse du Dr Alexander YANOV, PUBLICATION SERIES, Nr 12, ISCIP / Institute for the Study of Conflict, Ideology and Policy, Boston University, USA, Juin 1996.

Extraits :
(version française / Service de Presse du PCN)

« Leur logique était simple et irrésistible : un empire militaire ne peut pas survivre sans un ennemi et une confrontation permanente. Il n’était simplement pas désigné pour la paix. La détente somnolente brejnévienne le tuait. Non seulement, les « patriotes » avaient la bonne réponse au malaise impérial : c’était la seule bonne réponse.
(…) Jean THIRIART, s’adressait à Andropov au début des années 80 dans son traité L’Empire euro-soviétique de Dublin à Vladivostok, destiné à devenir le manuel géopolitique des « patriotes » russes modernes.
Voici les thèses centrales de THIRIART :
– « Ce n’est pas la guerre – c’est la paix qui épuise l’Union soviétique. En fait, elle ne peut pas exister dans des conditions de paix » (…) La géopolitique et la géostratégie forceront l’URSS soit à créer une Europe soviétique soit à cesser d’exister comme grande puissance. » (…)
Mais si les « patriotes » ont compris cela, comment se fait-il qu’Andropov, un stratège né, ne l’a pas compris ? Et s’il l’avait compris, alors ses choix furent réduits à deux : soit de prendre le risque d’une guerre européenne avec une perestroïka nationaliste soit d’accepter une lente agonie pour son cher empire. Peut-il y avoir un doute à ce qu’il a choisi ?
Si cette analyse est correcte, le puzzle principal du communisme « patriotique » semble être résolu. La perestroïka nationaliste, victorieuse quelques années plus tard en Serbie, a été vaincue en Russie parce qu’en février 1984 les « patriotes » russes ont perdu leur Milosevic. Dévastés par cette perte, mis dans l’incapacité et démoralisés, ils se sont retirés aux marges de la politique soviétique, dégageant la voie pour une perestroïka libérale (…)
Les seules nouvelles idées capables d’inspirer les Russes sans détruire l’empire furent celles du nationalisme impérial (exactement les mêmes que celles qui furent utilisées à la fin des années 80 par Slobodan Milosevic). Mais ces recours étaient aux mains des « patriotes». »


NOTES

* « PCN … européen jusque Vladivostok »
(Interview de Luc MICHEL par LE PEUPLE, Bruxelles, 14 et 15 septembre 1985).

* « Le parti des adhérents de M. THIRIART c’est quelque chose dans le genre de l’Internationale de Marx (…) », (A. IVANOV dans ROUSSKI VESTNIK, septembre 1992).

* « Et puis il y a le Belge, le militant Luc Michel, avec qui tout a commencé. Lui, avec l'idéologue Jean Thiriart (…) avec l'organisation des élections, a façonné les instruments de la reconquête de l'empire soviétique et a créé un espace, de Lisbonne à Vladivostok » (De Morhen, novembre 2022).

* « Je défends la Russie depuis les années 1980 et je la considère comme la dernière force anti-américaine restante en Europe. Je me souviens de l’Union soviétique avec nostalgie. Je veux un monde libre sans Amérique » (Luc Michel, interview à la BBC, février 2023).

* En 2024, le PCN aura 40 ans. Le PCN est l’héritier direct du « Parti Communataire Européen » (1965-1970) du géopoliticien Jean Thiriart. Le PCN est le noyau central de nos réseaux, « la Maison-mére » disent nos militants. « La Longue Marche du PCN » (l’expression est du grand hebdo belge TéléMoustique en 1993), commencée en Belgique en 1984, c’est quarante ans de combats incessants sur quatre continents (Union Européenne, URSS, Yougoslavie, Espace Postsoviétique, Jamahiriya libiyenne, Syrie, Afrique, Québec,USA) …


Parti Communautaire Néoeurasien, PCN,
Neoeurasian Communitarian Party, PCN-NCP,
Неоевразийская Общественная Партия, PCN- НОП,
Neo Avrasyali Komunotarist Partisi, PCN-NAKP,
Partidul Coeunitar Neoeurasian, PCN …

* Page officielle PCN-Courant léniniste
https://www.facebook.com/pcn.courant.leniniste.europeen/
* Page officielle PCN-NCP
https://www.facebook.com/PCN.NCP.org/
* Groupe officiel du PCN-НОП
La Cause des Peuples – The Peoples' Cause – PCN-NCP-НОП
https://www.facebook.com/groups/LCDP.TPC.PCN.NCP/

LE PCN A 40 ANS ! (6) – EODE – Eurasian Observatory for Democracy & Elections (2024)
Top Articles
Latest Posts
Article information

Author: Zonia Mosciski DO

Last Updated:

Views: 5924

Rating: 4 / 5 (51 voted)

Reviews: 82% of readers found this page helpful

Author information

Name: Zonia Mosciski DO

Birthday: 1996-05-16

Address: Suite 228 919 Deana Ford, Lake Meridithberg, NE 60017-4257

Phone: +2613987384138

Job: Chief Retail Officer

Hobby: Tai chi, Dowsing, Poi, Letterboxing, Watching movies, Video gaming, Singing

Introduction: My name is Zonia Mosciski DO, I am a enchanting, joyous, lovely, successful, hilarious, tender, outstanding person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.